partenaires

Presse

Le retour à Murnau et la presse …




Alain Bergala, Les Cahiers du Cinéma :


Le retour à Murnau de Pierre Guy m’a impressionné par la rigueur et la précision de son filmage qui finissent par moraliser –si j’ose dire- le recours au fantasme. Il est vrai qu’il y a fantasmes et fantasmes, et ceux de Pierre Guy, qui semblent liés à une fixation cinéphilique, rôdent de façon fascinante autour du signifiant Murnau.



L’avant-scène du cinéma :


… et d’excellents courts métrages, tels Le retour à Murnau de Pierre Guy…



Philippe Avril, Le nouvel alsacien :


Retour à Murnau : un célèbre cinéaste dont on voit à certains plans combien il impressionne Pierre Guy, et combien l’expressionnisme allemand est encore aujourd’hui une matière vivante. Il y a dans ce film de constants et subtils déplacements, des écarts et des décalages surprenants de finesse et décisifs dans le cours d’une fiction menée avec rigueur et audace. D’une si belle odyssée funéraire, on demeure atteint.



Anne Haug, Le Progrès :


Plein d’allusions, de références, ce film est fait pour les cinéphiles cultivés. Mais s’ils ne le sont pas, ces images sont faites pour le plaisir de l’œil et les questions que l’on pose, l’angoisse que l’on sent dans ces quelques minutes de cinéma, ajoutent à l’intérêt.



Jeune Cinéma :


Le retour à Murnau de Pierre Guy est un assez beau conte fantastique qui se base sur l’inversion du temps. Il arrive en une demi-heure à construire une histoire complexe et complète, richement colorée et agréablement agencée.



Olivier Saillan, Le Dauphiné libéré :


Avec Retour à Murnau de Pierre Guy, le septième art reprend ses droits. Chaque image suinte l’angoisse d’un film à mystère aux relents policiers.



Cinématographe :


Nous regrettons de ne pas avoir pu rendre compte de Canapé-lit de Muriel Edelstein, de Strangulation Blues de Léos Carax et du Retour à Murnau de Pierre Guy, dont nous avons entendus dire le plus grand bien. Nous invitons vivement nos lecteurs à combler d’eux-mêmes cette lacune.